Communiqué de la FEETS-FO

Si les usagers qui empruntent les transports en commun voyagent dans de bonnes conditions, c’est grâce à des salariés de l’ombre qui nettoient les gares. Ces travailleurs de l’ombre sont aussi essentiels, qui plus est dans le contexte sanitaire de l’épidémie de Covid-19.

Il s’agit de travailleurs mal rémunérés, mal considérés, avec des conditions de travail dégradées. Ces salariés doivent tenir des cadences soutenues six jours sur sept. Mais aussi, ces salariés sont soumis au diktat du marché et de la concurrence qui conduit à ce que les donneurs d’ordres, en l’occurrence la SNCF, lancent de nouveaux appels d’offres régulièrement pour changer d’entreprises prestataires. Cela conduit à un dumping social où les salariés sont ballottés d’une entreprise à une autre lors des transferts de marchés et leurs conditions de reprises posent toujours problèmes.

Aujourd’hui, le problème se pose sur la ligne C du RER avec un changement d’entreprise prestataire, USP Nettoyage, et où les salariés, avec leur syndicat Force Ouvrière des Personnels du Nettoyage des Trains et Gares d’Ile-de-France, se battent par la grève pour défendre les accords de site, le respect des avantages individuels et collectifs, le respect des coefficients et qualifications, la mise en place d’une organisation de travail octroyant 2 jours de repos par semaine…

La FEETS-FO soutient le combat des salariés pour faire aboutir leurs revendications, défendre leurs droits, conquérir des acquis pour améliorer leurs conditions d’emploi, de rémunération et de travail.


Source: Éditoriaux de jean-claude Mailly